Logo du site

TRAXX : une prise en main simple et sécurisante

Le nouveau robot enjambeur d’EXXACT Robotics affiche de multiples possibilités d’équipements. Il n’en reste pas moins simple à manier et sécurisant pour l’utilisateur.

avec vérin électrique. Il supporte une petite perche avec des carrés de 45 standards », indique Jérémy Lebeau, responsable produit viticulture chez EXXACT Robotics, qui précise : « avec ce type de système de fixation, les viticulteurs pourront adapter les perches à leur goût ».


Pour l’instant, il est possible d’équiper ce monorang entre les roues, par exemple, en installant la paire d’interceps hydrauliques Braun, fournie avec l’engin, ou tout autre type d’outil classique, hydraulique comme mécanique. Concernant ces derniers, « tout est possible, en faisant simplement attention aux phases de gros travail du sol, quand on descend à 20 cm par exemple. Dans ce cas, la légèreté du robot peut devenir une limite. »

Maniement : en toute simplicité

Une fois sur la parcelle, « la prise en main fait partie des aspects très appréciés », observe Jérémy Lebeau. « C’est intuitif. En démonstration chez des viticulteurs, on me dit à chaque fois que l’engin est facile d’utilisation. Ce n’est même pas un sujet pour eux. » D’ailleurs, « une formation d’une journée, tout au plus, suffira pour les acquéreurs. Le robot est également livré avec un guide utilisateur très explicite. »

Concrètement, le maniement s’effectue en deux temps. D’abord avec son smartphone. « On choisit la parcelle, le travail à effectuer, la vitesse, et on lance la mission. Puis on ne touche plus au téléphone, sauf pour arrêter la mission ou lire un message d’alerte. » C’est une télécommande qui prend le relai. « Elle fait le lien de sécurité avec la machine. Elle doit se situer à moins de 200 m de l’engin. Au-delà, le lien se coupe. » Cet équivalent de télécommande de chantier est « très simple, sans trop de boutons. Il y a un joystick, un bouton de choix directionnel, un pour déclencher les outils en manuel, la montée/descente des outils et un arrêt d’urgence. »

Une télécommande qui plaît lors des démonstrations. « On voit que les plus anciens, habitués à la mécanique, s’y font facilement », se félicite Jérémy Lebeau. Pourquoi pas un guidage au smartphone uniquement ? « On s’est posé la question. Mais le smartphone est plus difficile à reprendre en main, avec le tactile. Quand il pleut, par exemple, cela peut vite devenir compliqué. »

Sécurité : soyez sereins

L’autonomie d’un enjambeur implique un haut niveau de sécurité. Sur ce point, Jérémy Lebeau tient à rassurer. « TRAXX est équipé de quatre bumpers devant les roues. On a pu observer qu’ils fonctionnaient très bien. Il possède aussi six arrêts d’urgence. Peu importe où l’on se trouve par rapport au robot, on peut en actionner un. Enfin, il possède un lidar [un radar infrarouge, ndlr], qui est un peu ses yeux. Celui-ci va détecter un obstacle ou un être humain. Il se met alors à 0,5 km/h sur 5 mètres, avant de s’arrêter. Si l’obstacle se présente entre-temps, les bumpers amortissent le choc. »

Articles en rapport
rencontres-vitisphere.fr, 2022